Logo CSEM Logo CSEM

CSEM Recherche & Innovation

L’indispensable maillon entre recherche et industrie.

Centre  de recherche et de technologie, le CSEM est spécialiste des microtechnologies, des nanotechnologies, de la microélectronique, de l’ingénierie des systèmes, du photovoltaïque et des technologies d’information et de communication. Ses 450 collaborateurs, répartis entre le siège de Neuchâtel et quatre sites alémaniques, accompagnent quelque 400 projets par an. Interview et explications du CEO Mario El-Khoury.

CSEM

Qu’apporte le CSEM aux sociétés industrielles de la région ?

La mission du CSEM est de rendre les résultats de la recherche de pointe accessibles à l’industrie. Ce rôle est fondamental pour les PME, parce qu’elles n’ont souvent pas les ressources nécessaires pour disposer d’activités de recherche et développement à l’interne. Elles bénéficient donc des compétences de nos experts ainsi que de nos plateformes technologiques innovantes pour mettre au point de nouveaux produits et/ou améliorer leurs processus de production.

Avec les changements technologiques qui s’accélèrent et se complexifient, n’est-il pas toujours plus difficile de rester à la pointe de l’innovation?

C’est évidemment un défi permanent. Ce qui nous avantage, c’est que ce mouvement fait surtout appel à des compétences pointues dans la miniaturisation et la basse consommation. Or, le CSEM dispose d’un savoir-faire historique dans ces activités. Et puis, si nous n’avons pas toutes les compétences requises pour un projet, nous disposons de nombreux partenaires en Suisse et ailleurs dans le monde. Nous pouvons ainsi faire profiter nos clients industriels de notre réseau.

Mais comment les entreprises industrielles suisses peuvent-elles rester compétitives, alors que leurs coûts de production sont plus élevés qu’ailleurs ?

Voilà un autre défi ô combien crucial à mes yeux! En tant que directeur du CSEM, je me bats pour que la Suisse conserve une industrie forte. Et pas seulement dans la R&D, mais aussi dans la production. Comment y parvenir? Innover, innover sans relâche! Il faut toujours avoir un pas d’avance sur la concurrence en se différenciant ou se spécialisant. Les entreprises peuvent innover en mettant de nouveaux produits sur le marché, mais aujourd’hui cela ne suffit pas forcément. Il faut donc aussi travailler sur les processus et procédés de fabrication. La technologie offre actuellement des opportunités très intéressantes.

Vous faites certainement allusion à «Industrie 4.0». Comment les PME neuchâteloises peuvent-elles tirer parti de cette transition?  

J’ai envie de dire aux industriels de la région: «Laissez-vous contaminer par le virus digital! ». A mon avis, ce mouvement représente clairement une chance pour l’industrie suisse puisqu’il permet justement de réduire le désavantage du coût de la main d’œuvre. De plus, la Suisse est jugée très bien positionnée pour tirer son épingle du jeu avec d’excellentes infrastructures informatiques et des gens très bien formés. Selon moi, les entreprises doivent mettre la priorité sur leurs clients et rendre leurs produits compatibles avec ce nouveau modèle technologique et économique. Un fabriquant de machines doit par exemple prévoir plus de capteurs communicants pour permettre à ses clients de numériser leur propre outil de production. Par contre, les PME ne doivent pas forcément numériser de suite et d’un coup leur propre appareil de production.

De quelles compétences dispose le CSEM pour aider les entreprises à négocier ce virage ?

Le CSEM maîtrise la quasi intégralité des technologies nécessaires, que ce soit les capteurs, le traitement de signal, la communication à basse consommation ou l’élaboration d’algorithmes pour traiter les données. Nous sommes aussi très engagés dans l’«advanced manufacturing» que beaucoup englobent dans l’usine 4.0. Là, on travaille directement au niveau des procédés de micro fabrication, avec des méthodes dites additives ou soustractives. Dans le but de devenir encore plus performants, nous venons de nous allier entre acteurs neuchâtelois de la microtechnique pour créer le M2C, le Micromanufacturing Center. Vous le voyez, le CSEM veut continuer à devancer et maîtriser les nouvelles technologies pour servir au mieux l’industrie.

CSEM
Rue Jaquet-Droz 1
2002 Neuchâtel
Tél. 032 720 51 11

 

Date de création: 1984
Statut de la société: Société Anonyme (société à but non lucratif, partenariat public-privé)
Direction: Mario El-Khoury
Nombre de collaborateurs: 450

Site internet: www.csem.ch

Dirigeants Découvrez les portraits de CSEM