TSM Compagnie d'Assurances Assurances

Orfèvre d’assurances d’exception

Qu’est-ce qu’il y a de commun entre un prototype horlo­ger présenté à une foire, un cargo transportant une car­gaison de zinc de Luanda au Vietnam et une voiture de course engagée à fond dans un rallye? Tous trois sont – ou pourraient être – assurés par TSM.

«Il y a une corrélation entre la belle mécanique horlogère et celle de l’automobile» 

Philippe Gozel Directeur commercial

 

 

TSM Compagnie d'Assurances

TSM? Littéralement «Transports Société Mutuelle». Une compagnie d’assurances atypique bientôt centenaire, née dans les Montagnes neuchâteloises, par la volonté de patrons horlogers et pour les entreprises horlogères. Depuis, elle a élargi son champ d’action pour répondre à la mondialisation des affaires et à des demandes parfois très particulières pour couvrir des risques d’entre­prises que d’autres n’assument pas.

Retour au siècle dernier, en 1921 exactement. Dix-sept fabricants de montres exclusivement chaux-de-fon­niers créent, sous la houlette du Syndicat patronal des producteurs de la montre, une coopérative – TSM – pour assurer des exportations horlogères qui explosent après la Première Guerre Mondiale. Les conditions des autres assureurs ne sont pas assez pointues pour garantir la sécurité du transport des précieux garde-temps. Du coup, TSM conçoit, à 1000 mètres d’altitude, la notion de «tous-risques», le «all-risks» devenu international.

Aujourd’hui encore, l’assurance transports est le socle de l’activité de TSM (environ 70% de ses encaissements). De l’horlogerie, elle s’est d’abord diversifiée pour répondre aux besoins des autres industries: la machines-outils, puis les pharmas, le médical, les biotechnologies. Et le rayon d’action de cet assureur unique couvre les besoins particuliers d’entre­prises installées dans toute la Suisse.

Dénominateur commun: les prestations couvrent les risques liés aux transports de biens et de marchandises à forte valeur ajoutée. «L’idée est d’accompagner le client pour répondre, sur mesure, à ses besoins et de l’accompagner de manière tout aussi personnelle en cas de pépin», illustre le directeur commercial Phi­lippe Gozel. Quel genre de pépin? Par exemple le braquage de deux fourgons de montres et de bijoux sur l’A6 entre Genève et Paris avec un butin de 9 millions d’euros. Trois clients de TSM avaient des biens dans ces fourgons…

Toujours société mutuelle, TSM appartient à ses clients, qui sont au moins des partenaires, et souvent des membres. C’est à leur écoute que l’assureur tous-risques a mis le pied dans des domaines pour le moins surpre­nants. La casco «Race’ n’ Fun» est de ceux-là. «Il y a une corrélation entre la belle mécanique horlogère et celle de l’automobile», illustre Philippe Gozel. C’est à la demande de clients-membres amoureux de ces belles mécaniques que TSM a foncé sur une piste qu’aucun autre assureur n’a voulu suivre: les risques liés aux compétitions automobiles, en circuits ou lors de rallyes, pour le fun ou la compétition. Dans le même virage, l’assureur a aussi pris sous son aile les véhicules de collection, avec une «casco passion», qui les assure même quand ils ne roulent pas, une nouveauté pour une compagnie qu’on peut dire toujours en mouvement. Autre particularité de TSM, son éventail d’assurances «risques spéciaux». Elles prennent en charge le manque à gagner d’une entreprise quand une personne-clé n’assure plus ses fonctions, le flop d’un tournage de film pour cause de mauvais temps ou l’annulation d’un événement. TSM a par exemple indem­nisé à hauteur de 160’000 fr. un organisateur de concert, après que le musicien d’un groupe mythique des années 80 a été victime d’un problème cardiaque.

A l’étonnement général, TSM a toujours son siège à La Chaux-de-Fonds. Mais la compagnie s’est rapprochée de ses partenaires, avec des délégations à Bienne, Zurich, Lausanne et Genève. Elle s’est aussi alliée à de grandes assurances classiques, pour élargir son réseau, qui fonctionne quasi 365 jours par an tout autour du globe. Et dans la foulée, elle qui n’assurait que des choses, a repris récemment de l’une d’elles un service d’assistance aux personnes, des employés d’entreprises en mission surtout, assurés même en cas de troubles politiques ou sociaux, voire d’acte terroriste. «Nous étions une assurance très humaine pour des marchandises, maintenant nous le sommes aussi pour les êtres humains», lance en guise de conclusion tournée vers l’avenir Sandrine Arezki-Bilat, la Directrice communication.

TSM Compagnie d’Assurances

Rue Jaquet-Droz 41

2300 La Chaux-de-Fonds

T [+41-32] 911 12 12

 

Date de création: 1921

Statut de la société: Coopérative

Direction: Edouard Fragnière

Nombre de collaborateurs : 68

Site internet: www.tsm.ch

Dirigeants Découvrez les portraits de TSM Compagnie d'Assurances